Le dernier réveil du roi
rideau
Le valet s'activa, car il voulait, par ce matin glacial du 21 janvier 1793, qu'une bonne brassée réchauffât l'affreuse chambre. Quand ce fut fait, il s'approcha du lit.
Louis XVI serre la main de Cléry, puis se laisse coiffer. Il ôte de sa montre un cachet et le place dans son gilet. Il retire de son doigt l'anneau du sacre, troque son vêtement de nuit contre une chemise fraîche, met un gilet blanc déjà porté la veille. Il se laisse passer son habit, en retire son portefeuille, sa lorgnette, sa tabatière et quelques menus objets. Les municipaux ne perdent pas de vue la moindre de ces opérations. Après quoi, le Roi s'entretient seul à seul dans le cabinet de la tourelle avec M. de Firmont.
Cléry, sans la moindre aide, tire jusqu'au milieu de la chambre la commode érigée en autel. Il étend les linges, prépare les ornements, puis vient demander à Sa Majesté Très Chrétienne la permission de servir la sainte messe, tout en confessant qu'il ne sait pas les répons de mémoire. Le Roi tient un missel, l'ouvre, cherche le chapitre, le désigne du doigt à son valet et prend un autre livre sacré.
Il entend toute la messe à genoux, reçoit l'hostie, s'en retourne en compagnie de l'officiant dans le cabinet de la tourelle. A sept heures, il attire Cléry dans l'embrasure de la fenêtre :
— Vous remettrez ce cachet à mon fils, cet anneau à la Reine ; dites-lui bien que je la quitte avec peine. Ce petit paquet renferme des cheveux de toute ma famille ; vous le lui remettrez aussi. Dites à la Reine, à mes chers enfants, à ma soeur, que je leur avais promis de les voir ce matin, mais que j'ai voulu leur épargner la douleur d'une séparation si cruelle. Combien il m'en coûte de partir sans recevoir leurs derniers embrassements ! Je vous charge de leur faire mes adieux.
Un quart d'heure plus tard, il réclame des ciseaux pour que Cléry puisse lui couper les cheveux. Les municipaux tiennent conseil et rapportent un refus. Certains, toutefois, admettent que le serviteur accompagne son maître pour le déshabiller au pied de la machine. L'opinion contraire prévaut. Un commissaire se donne la joie de déclarer en regardant le captif :
— Le bourreau est assez bon pour lui.
Le dernier reveil de Louis XVI
anecdote
accueil
Accueil
Mort de Louis XVI