Les Montagnards seuls maîtres de la France
rideau
Buzot, qui s'était compromis à la Convention en votant contre la création du Tribunal révolutionnaire et du Comité du Salut public et pour l'expulsion de Marat, suivit la même route que Pétion par la Bretagne et Bordeaux. Surpris dans les bois, il se suicida aussi. Leurs deux corps furent retrouvés, à demi dévorés par les loups. Guadet, dont l'éloquence avait fait autrefois l'admiration des foules, participa aussi à l'insurrection fédéraliste de Normandie, avant de rejoindre le Bordelais, son pays d'origine. Il se cacha chez son père à Saint-Emilion, mais, découvert, fut guillotiné le 19 juin 1794.
Les Montagnards se trouvèrent après la journée du 2 juin les seuls maîtres de la France. Ils terminèrent la Constitution dont le texte fut adopté le 24 juin 1793. Les comités eurent une importance et une autorité accrue et la Convention était en fait sous leur autorité. Robespierre entra au Comité de Salut public en août 1793 où il fut chargé de la Police et des Affaires étrangères et en devint un des membres les plus influents. Ce coup de force qui avait éclaté à Paris et mis en danger l'existence des proscrits fut aussitôt connu dans les grandes villes de France et la nouvelle provoqua un profond émoi. Soixante-seize députés, dont cinquante-deux dès le 6 juin, protestèrent contre l'exclusion des Girondins.
la fin des Girondins en 1793
anecdote
accueil
Accueil
La chute des Girondins