La redoutable forteresse
rideau
Vers midi, le gros des insurgés commence à se rassembler autour de la redoutable forteresse, dont les hautes murailles écrasent de leur masse, presque sans ouverture, le débouché du faubourg Saint-Antoine, et défendent l'accès de Paris depuis sa construction sous le roi fou Charles VI. La Bastille a repoussé depuis maints assauts, surtout pendant les guerres de religion, mais encore jusqu'à la Fronde, et n'a jamais été prise, d'où sa réputation d'invincibilité, et la terreur presque sacrée qu'elle a inspirée, même si elle n'est plus consacrée, à partir de Louis XIV, qu'à héberger les « hôtes forcés » du Roi, à raison de quarante, puis trente, puis vingt, en moyenne, par an, quelques-uns restés célèbres, comme Fouquet, ou le mystérieux homme au masque de fer, mais aussi deux fois Voltaire dans sa jeunesse, Latude, un escroc de haut vol, qui s'en est évadé plusieurs fois et vient de publier des mémoires sur elle. Plus récemment, on y avait enfermé le cardinal de Rohan avec beaucoup d'égards, Cagliostro, et... le marquis de Sade, qui a été transféré à Charenton au début de ce mois.
Des rumeurs ont souvent couru sur une autre espèce de prisonniers, celle des inconnus, parfois oubliés pendant des années, dont la plupart ont été enfermés par lettres de cachet sur le vœu de leurs familles.
En fait, sous Louis XVI, la Bastille ne fait que se survivre en tant que prison, où, s'il y fait très froid l'hiver, les détenus bénéficient d'un traitement souvent soigné, avec domestiques, repas apportés par des traiteurs, et une relative prévenance des gardiens. Elle emploie maintenant plus de monde qu'elle ne renferme de prisonniers : outre le gouverneur à soixante mille livres par an, des officiers, des médecins, des chirurgiens, des apothicaires, des aumôniers, des cuisiniers, etc. 932. Mais elle continue à faire peur par son appareil militaire impressionnant. Elle a pratiquement repris son rôle de défense de la capitale, contre une attaque qu'on ne s'attendait pas à voir se produire.
la bastille avant 1789
anecdote
accueil
Accueil
Prise de la Bastille