Louis XVI humilié
rideau
Vers lui s'avance un homme qui lui présente un bonnet rouge au bout d'un bâton. Mouchet le prend et l'offre à Louis qui le met sur sa tête, geste regrettable, que le roi n'eût jamais dû faire. Le peuple applaudit, criant Vive la nation ! et même Vive le roi !
La chaleur dans la haute salle où se pressent plusieurs centaines de personnes est devenue affreuse. Le roi sue à grosses gouttes. Un grenadier, une bouteille et un verre dans les mains, s'approche de lui.
Sire, dit-il avec une familiarité d'ailleurs respectueuse, vous devez avoir bien soif. Car moi, je meurs. Si j'osais vous offrir... Ne craignez rien, je suis un honnête homme, je boirai le premier, si vous le permettez.
Oui, mon ami, répond Louis.
Et, s'humiliant à nouveau de la façon la plus inutile, il lève son verre : Peuple de Paris, je bois à votre santé et à celle de la nation française !
Pour récompense, dans la cohue, des plaisants crient : Le roi boit!
Il est six heures. Un remous se produit dans la foule, on fait place au maire de Paris, Pétion, qui s'excuse de venir si tard : Sire, je viens d'apprendre à l'instant la situation où vous êtes...
Mensonge évident; Pétion est derrière l'émeute. Le roi le toise. Il y a ainsi chez lui de curieuses alternances d'abandon et de dignité. C'est bien étonnant, dit-il, car voilà déjà deux heures que cela dure.
Louis XVI humilié aux Tuileries
anecdote
accueil
Accueil
Le peuple et les Tuileries