Olympe de Gouges
rideau
Olympe de Gouges
Acquise, après les événements de 1789, au principe de la monarchie constitutionnelle, elle se désespère de ce que la Constituante ne reconnaisse aucun droit politique aux femmes. En septembre 1791, elle fait paraître la Déclaration des droits de la flemme et de la citoyenne, calquée sur la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de1789. Son credo : La femme naît libre et demeure égale a l'homme en droits. Cette brochure est dédiée à la reine, habile façon d'obliger celle-ci à se déclarer solidaire. Olympe y préconise des réformes, dont la réalisation occupera les deux siècles à venir : instauration du divorce, remplacement du mariage religieux par un contrat d'union civile entre concubins, reconnaissance des enfants nés hors du mariage, création de maternités (contre les hôpitaux ordinaires où les femmes étaient forcées d'accoucher dans des conditions déplorables) et d'un système de protection sociale.
Après la destitution du roi, Olympe de Gouges demeure une non-violente convaincue. Aussi, elle s'oppose à l'exécution de Louis XVI, proposant à Malesherbes de l'assister officieusement dans la défense du roi, lors de son procès. La Convention le lui interdit au motif qu''une femme n'a pas a prendre part à de tels débats. Soupçonnant Robespierre d'aspirer à la dictature, elle se rallie en 1793 aux Girondins. Après leur éviction de l'Assemblée et l'arrestation de plusieurs d'entre eux, elle soutient leur cause dans une lettre à la Convention qui est censurée. Elle récidive en proposant que les Français choisissent leur gouvernement par référendum. Cette fois, c'en est trop.
Elle est arrêtée le 20 juillet, en vertu de la loi. qui punit de mort quiconque tendra, par ses écrits, a rétablir un gouvernement autre que républicain. Elle monte sur l'échafaud le 3 novembre 1793. Un observateur note sa fermeté et, avant de tomber sous la lame, elle s'écrie : «Enfants de la Patrie, vous vengerez ma mort.»
anecdote
accueil
Accueil
Destins de femmes