Le thème de la nature
rideau
Le thème de la Nature étant fort à la mode depuis les Philosophes, des villes et des villages en célébrèrent le culte. Les noms de fontaines, de forêts et de rocs ajoutaient à l'idée d'une nature accueillante et généreuse. De la terre devait surgir « l'Abondance ». La Révolution française même dans ses composantes les plus radicales ne pouvait qu'imaginer une France rurale et sûrement pas industrielle.
Ainsi Saint-Loup-de-la-Salle (Saône-et-Loire) s'appela Arbre-Vert, Cerisay-l'Abbaye (Manche), Cerisay-la-Forêt, Saint-Amand (Loir-et-Cher), Roche-Amand et Saint-Aubind'Appenin (Orne), Claire-Fontaine ! Le bon air ou la belle vue inspirèrent également. Aussi les Corréziens de Saint-Solve baptisèrent-ils leur village Air-Salutaire et les habitants de Saint-Germain-en-Laye ( à gauche ) l'appelèrent La Montagne-Bon-Air. Sous la Constituante, les noms de géographie physique furent à l'honneur. Par exemple, Macot (Pyrénées-Atlantiques) adopta le nom de Riant-Coteau, SainteFoy-en-Vendée celui de Désert et Langefoy (Savoie) se signala aux passants en s'appelant Cime-Belle.
village-1792
L'humour et la fantaisie n'étaient nullement absentes dans le choix des intéressés : Saint-Lizague (Indre) s'intitula Vin-Bon, Saint-Eugène (Charente-Maritime) n'hésita pas à prendre le nom d'Ingénuité, Saint-Usage (Côte-d'Or) celui de Bon-Usage ; plus curieusement, Saint-Gildas-deRhuis (Morbihan) s'appela Abélard, Saint-Avre (Savoie) Antichambre (!), sans oublier le bourg de Françay (Loir-et-Cher) rebaptisé Gaulois !
Quelquefois, pour ne pas modifier les habitudes de la voix et de l'oreille, on garda le nom en supprimant le saint ou bien on chercha la même consonnance : de Sainte-Colombe (Charente-Maritime) ne subsista que Colombe, de Saint-Flour-en-Pompidou. Pompidou. Quand à SaintMichel-de-Banière (Loir-et-Cher), on le dénomma Seu Michel.
anecdote
accueil
Accueil
Les communes