Une soupe à la chair humaine ...
rideau
bivouac pendant la retraite de russie

Lors de la retraite de Moscou, certains soldats souffrirent moins des privations car ils se chargèrent de vivres, tandis que d'autres emmenaient le fruit de leur pillage qu'ils durent bien vite abandonner par manque de force ou pour troquer. On échangeait une place dans un abri contre de la nourriture. Le matin, les soldats préparaient une soupe brûlante et copieuse (si possible) et pour le reste de la journée, du pain, du sucre, du chocolat, quelques biscuits et un flacon de rhum faisaient l'affaire. La soupe de gruau , invention du lieutenant-colonel hessois von Bossa, consistait en une bouillie mélangée de parcelles de viande salée ou fumée, dont quatre onces suffisaient pour donner au soldat une soupe vigoureuse, savoureuse ; on en prenait une poignée qu'on mêlait de neige et jetait dans une casserole et en quelques minutes, on avait un met vraiment réconfortant qui sauva la vie à plus d'un soldat. On a même dit que durant cette campagne, des croates mangèrent de la chair humaine. Roman Soltyk, officier polonais, raconte que vers Orcha avant le passage de la Bérézina, il lui fut offert une soupe à la chair humaine dont le foie lui dirent ses bêtes est fort bon à manger I Exemple extrême...

anecdote
accueil
Accueil
Manger, souçis quotidien