Réalité du temps de guerre
rideau
tenue d'un soldat de napoleon

En route, les soldats étaient toujours trop chargés, volontairement ou non, ce qui entraînait des fatigues superflues et nuisibles. Napoléon, dans son projet d'organisation de l'armée, prévoyait que le soldat ne devait porter que 40 livres (20 kg environ). En 1810, le général Foy fit peser le sac, le fourniment, la giberne, les cinquante cartouches, le fusil, le sabre-briquet, la capote, les dix jours de biscuit et les quatre jours de pain, éléments qui consti tuaient la charge ordinaire d'un troupier. Il concluait son expérience en écrivant : • J'ai trouvé que trois soldats ainsi arrimés, l'un portait 58 livres et demie (28,6 kg), l'autre 62 (30,3 kg) et le troisième 6.9 (30,8 kg)..
Les tenues les plus invraisemblables se rencontraient, comme en témoigne le grenadier Pils : le lendemain (14 octobre 1805), nous arrimons à Stokerau vers deux heures. Nous trouvions un magasin d'habillement et d'é quipement de cavalerie hongroise que l'enne mi n'avait pas eu le temps de faire évacuer. Le 15, les grenadiers se remirent en marche sur Gollesdorf et le général fut bien étonné de voir ses hommes ornés de pelisses hongroises et portant des fourniments de cavalerie -. Si cela est un exemple extrême, il n'en demeure pas moins que toutes les fantaisies pouvaient exister.

la garde de napoleon sous la pluie

Même la Garde Impériale n'était pas épargnée par les difficultés : au début de l'Empire, les bonnets à poils étaient attachés sur les sacs à dos par des ficelles et des courroies de toutes sortes; ils étaient protégés par des étuis en carton qui devinrent vite inutilisables à cause de la pluie. Ils furent remplacés par des étuis de coutil.
Arrivée à l'étape, la troupe était souvent soumise à une revue ordonnée par le maréchal commandant le corps d'armée. Le but en était de s'assurer que chaque soldat était bien en possession d'une giberne approvisionnée à cinquante cartouches, d'une épinglette pour déboucher la lumière de son fusil, et que les caporaux étaient bien équipés d'un tire-bourre ; on vérifiait également que tous les hommes aient bien deux paires de souliers (sur ou dans le sac), une capote, les gamelles, les marmites et les outils de campement. On s'assurait enfin que chaque soldat ait une baïonnette et qu'elle soit en bon état.

En campagne, le soldat « interprétait » très largement le règlement ; lors des marches, le shako était remplacé par le chapeau, voire par le bonnet de police, beaucoup plus léger ! On remplaçait la pantalon réglementaire par un pantalon de coupe, d'étoffe et de couleur quelconque, l'épée par le sabre, le baudrier par le ceinturon (que chacun fabriquait à sa guise), et enfin, les bottes à la hussarde par des bottes à retroussis ou par des souliers. Tout était bon pour améliorer le confort... et l'apparence !
anecdote
accueil
Accueil
Habillement et bivouac