Un vocabulaire argotique
rideau
soldat de napoleon et coquette

L'armée utilisait dans ce domaine tout un argot particulier : le militaire dansait au bastringue. s'il rencontrait l'âme soeur, ii avait son pain uotidien. Les filles publiques étaient des grisettes ou des gibernes, les filles faciles des rouleuses quand elles exerçaient dans une rue spéciale c'était la rue des poux volants et les maisons closes étaient des musikos. Le soldat offrait sa valeur sentimentale, ou plus, c'était le tric-trac. Parfois il attrapait la gale, c'était la charmante (à cause du repos qu'elle procurait à l'hôpital) ou plus c'était le mal de Naples , l'avarie ou la chaude-lance.

anecdote
accueil
Accueil
Peines, amours, cotillons