Importance de la chevelure chez les Mérovingiens
rideau
la chevelure des mérovingiens

Grégoire de Tours, sans qui on ne saurait pratiquement rien du  VIe siècle, témoigne de l'importance de la chevelure chez les rois francs. Assistant à l'exhumation de Clovis, décédé soixante-dix ans plus tôt, il reconnaît à la longueur de ses cheveux que c'était Clovis. Il ajoute que seule une part de ses cheveux, celle qui était sur la nuque, avait été rasée; le reste était intact, avec toutes les mèches . Il indique aussi que la chevelure royale est un point de ralliement. Ainsi, lorsque Bertoald, duc des Saxons, veut démoraliser les troupes franques, il annonce au coeur d'une bataille la fausse nouvelle de la mortde Clotaire. Le roi a une réplique  immédiate. En silence, il se montre à ses troupes et ôte simplement son casque :  sa longue chevelure blonde le fait reconnaître de ses soldats, même de ceux qui ne l'ont jamais vu.
Son frère Clodomir se fait lui aussi reconnaître par sa chevelure, mais par ses ennemis cette fois. Tombé à terre lors de la bataille de Vézeronce, les Burgondes, le prenant d'abord pour un noble, surent de qui il s'agissait lorsque son casque roula de sa tête et que se mit à flotter librement une abondante chevelure blonde. Clodomir fut mis à mort promptement.

Chez les Francs, seuls les princes de sang royal portent les cheveux longs, ce qui leur vaut le surnom de rois chevelus. Le prétendant Gondovald, qui se dit bâtard mérovingien, arrivant de Byzance en Gaule, se laisse pousser les cheveux. Car la chevelure longue permet d'être reconnu comme un Mérovingien.
Tandis que les guerriers, hommes libres, se rasent la nuque, et que les esclaves sont rasés entièrement, eux portent leur chevelure intacte qui retombe en longues boucles. Revêtus de ce diadème naturel, les Mérovingiens gardèrent jusqu'à l'expiration de la dynastie cet insigne de la royauté. Plus fidèle qu'une couronne, la chevelure reste attachée à la tête du prince, quand bien même celui-ci est décapité. Les « rois chevelus » sont donc autant de Samsons. On comprend dès lors la place que tient la chevelure dans la législation germanique. Dans la plupart des tribus, l'homme libre n'a pas d'autre signe extérieur de sa condition que sa chevelure.

anecdote
accueil
Accueil
Les Mérovingiens