Les rues... De vastes latrines
rideau
latrines du moyen âge

Les chroniqueurs du Moyen Age font des rues de Paris des descriptions assez effarantes. Pour se débarrasser du contenu de leurs pots de chambre, les habitants de la capitale n'ont pas d'autre moyen, semble-t-il, que de le jeter par la fenêtre ! Ceux qui vivent près du Pont-Neuf se servent tout simplement de la Seine comme dépotoir. Sans parler des déchets de boucherie, de triperie près du Pont-au-Change, des résidus des tanneries, des teintureries... Or, à cette époque, la Seine fournit aux Parisiens l'eau qu'ils boivent et avec laquelle ils se lavent, exercice qu'ils pratiquent d'ailleurs fort épisodiquement: les bains ont mauvaise réputation et passent pour préjudiciables à la santé.
A partir du règne de Philippe Auguste, un certain effort de salubrité est entrepris. En même temps que les premières rues pavées, apparaissent les premiers égouts. Malgré ces mesures salutaires édictées par les autorités, Paris et les principales villes de France offrent l'aspect de vastes latrines.
Le nettoiement des rues n'est assuré que très irrégulièrement, par exemple au moment des entrées royales ou durant les périodes d'épidémie. Dans le premier cas, les habitants sont tenus de curer les rues eux-mêmes, car il n'existe évidemment aucun service de voirie. Dans le deuxième cas, obligation est faite aux particuliers de mettre leurs ordures et détritus divers dans des paniers qu'ils rangeront le long des maisons et qui seront ensuite ramassés par des charretiers. L'effort de salubrité de-mandé aux habitants ne se prolonge pas au-delà de l'entrée du roi ou de la fin de l'épidémie. L'alerte passée, malgré les risques d'amende ou d'emprisonnement, les Parisiens reprennent leurs regrettables habitudes.

anecdote
accueil
Accueil
La gastronomie, les rues