Des cloaques à ciel ouvert
rideau
rue au moyen âge

Les noms de rue nous laissent un témoignage précieux et plein d'humour sur l'état de la chaussée au Moyen Age.
A côté de la sempiternelle GrandRue ou Grand Pavé rencontrée partout, des habituelles rues du Château, de l'Eglise, de l'Abbatiale, des Halles figurent des toponymes évocateurs de la gravité d'une situation, d'un état des lieux. Les rues Cavée, Creuse, Bie Crabe (rue en creux), les Trous Punais, la rue des Petits Pentheurs et d'autres appellations similaires sont déjà en soi révélatrices de voies remplies de saletés, de véritables fossés.
Que dire alors des rues ou ruelles Sale, Foireuse, du Bourbier ou de l'Avalasse, des voies appelées Basse-Fesse, Bougerue du Pipi, des Aysances, de la Triperie! Qu'évoquent encore ces légions de Merderon, de Merdereau (utilisé aussi pour les ruisseaux), de Merderouille, de Merdaric, de Merdron, de Merderel, de Merderet, ou encore ces rues Etoupée (bouchée), ces impasses du Cloaque, du fossé du Poullyon et d'autres appellations qui indiquent la présence d'immondices?
Il existe au Moyen Age, à Lourdes, une place Marcadal dont le nom vient de Marcaladosa ou «quartier fangeux» à proximité d'une tour de Mauhourat, ou «mauvais trou», de fossés nauséabonds et d'une mare boueuse, encore mentionnés en 1412. Une porte Merdière s'ouvre dans l'enceinte de Saintes. Les écrits de l'époque usent d'un vocabulaire d'une richesse peu commune quand il s'agit d'évoquer l'excrément, la pestilence, le malodorant.

anecdote
accueil
Accueil
La gastronomie, les rues