L'étuve au Moyen-âge
rideau
etuve moyen âge

Métier à part entière, la gestion de l'étuve est soumise à des règlements et des ordonnances précises sous contrôle du prévôt de Paris. Dans le Livre des métiers d'Etienne Boileau, composé vers 1268, qui recense tous les métiers exercés en ville, un chapitre est dédié exclusivement au métier d'étuveur : « Quiconque veut être estuveur en la ville de Paris, il peut l'être franchement, pour tant qu'il oeuvre selon les us et les costumes du métier, faites par l'accord commun qui sont les suivantes. »
Cinq rubriques réglementent son exercice : on ne peut « crier les étuves », autrement dit, on ne peut pas faire d'annonce publique pour telle ou telle maison tant que le jour n'est pas levé ; il est également interdit de faire fonctionner les étuves le dimanche, jour consacré au Seigneur, ni aucun autre jour de fête. Le prix est fixé : le client doit s'acquitter d'une entrée de deux deniers. L'utilisation des bains chauds  coûte plus cher car ils nécessitent de grandes quantités de charbon ou de bois. Tous ceux qui ne respectent pas ces obligations doivent payer une amende de dix sous parisis.
Dans les étuves urbaines, on ne fait pas que se laver, transpirer et se relaxer au chaud. Les étuveurs donnent aussi à manger et à boire aux baigneurs sur des planches de bois permettant ainsi de consommer tout en demeurant dans l'eau. Ces étuves, comme les tavernes, sont des lieux de grande sociabilité.

anecdote
accueil
Accueil
Les bains et la nudité