Vie quotidienne des enfants moines
rideau
les enfants dans les monastères

Comment vivent ces enfants moines ? En principe, comme leurs frères adultes, « sous le joug de la Sainte Règle ». En réalité, la présence de bambins pleurant, babillant et s'agitant est pour moniales et moines une charge très lourde. Mais c'est aussi, souvent, le seul exutoire à une tendresse humaine qu'il leur est par ailleurs interdit d'exprimer.
Jusqu'à 15 ans, les enfants sont confiés au cellérier, comme les vieillards et les hôtes. Il leur fournit au réfectoire ce que réclament « les égards dus aux enfants et aux vieillards, surtout pour la nourriture ». Ils ne sont pas dispensés de petit déjeuner, et le lait est autorisé une fois par semaine. Au choeur et à table, les enfants occupent parmi les moines la place qui correspond à leur date d'admission. Au dortoir, on peut ne pas suivre cet ordre mais il convient de ne pas laisser leurs lits trop rapprochés les uns des autres et il est prudent de les intercaler parmi ceux des anciens, qui sont toujours au moins deux. Ils ne doivent jamais être livrés à eux-mêmes ou laissés en compagnie d'un seul maître.
Si, la nuit, un garçon doit sortir pour ses besoins, il doit être accompagné par un maître et un autre garçon avec une lanterne. Enfin, les garçons ne doivent jamais se toucher l'un l'autre et il est interdit à tout moine d'avoir le moindre contact physique avec eux, et même de toucher leurs vêtements.

enfants dans abbaye

Comme les adultes, les enfants ne peuvent parler que s'ils en ont la permission. La règle les associe cependant à tous les exercices de la communauté : assis sur des troncs d'arbre, des tabourets ou à même le sol, ils sont témoins d'actes administratifs et participent aux délibérations capitulaires car la sagesse peut sortir de leurs lèvres. C'est ainsi que l'évêque Herman de Verdun demande aux enfants de la communauté de Saint-Vanne de désigner le prochain abbé et suit leur conseil.
Pendant la liturgie quotidienne, les oblats ont la charge spéciale de réciter le martyrologe où sont mentionnés les moines défunts, liant ainsi la nouvelle génération aux disparus; pendant la messe, même le baiser de paix — le seul contact physique au­torisé aux moines adultes — est explicitement interdit aux oblats.
S'ils commettent une offense en chantant les psaumes ou de quelque autre façon, on les frappe avec une canne légère et polie. La règle revient plusieurs fois sur les modalités de correction « des enfants d'âge tendre ». Tous les matins, le maître doit brandir sa verge au-dessus de leur tête. L'abbé doit tenir compte de leur âge quand il est obligé de les punir. La règle affirme qu'une peine afflictive impressionne toujours plus les enfants qu'une humiliation. Concernant l'ordre dans la communauté, les petits sont soumis à la surveillance de tous les frères, demandant le plus expressément de les traiter avec modération.

anecdote
accueil
Accueil
Tu seras moine mon fils