La croix jaune pour les infâmes
rideau
inquisition

L'inquisiteur pouvait appliquer des peines secondaires. La prison d'abord. La prison était dure. Non seulement la prison préventive (nuit, humidité, chaînes, secret, jeûne) qui n'était qu'une torture camouflée, mais la prison perpétuelle ou temporaire, « au pain de douleur et à l'eau d'angoisse ». Deux prisons en principe : le « mur large » au régime adouci qui permettait un contact contrôlé avec le dehors, et le « mur étroit », celui-ci véritable emmurement avec les entraves et les fers. La tentative d'évasion, bien entendu, était punie de mort.
Bientôt fut généralisé le port de croix de pénitence. Déjà, en 1206, Dominique, ayant voulu que la pénitence fût visible, avait imposé à l'hérétique Roger Pons le port d'un habit spécial, de grossière étoffe, sur lequel devaient être cousues deux petites croix de chaque côté de la poitrine. Ces deux petites croix deviendront par la suite les deux grandes croix de feutre jaune de la justice inquisitoriale. On les plaça d'abord par-devant, de chaque côté de la poitrine, puis l'une par-devant, au milieu de la poitrine, l'autre par-derrière entre les épaules. Aussi en 1233, au concile de Béziers, elles seront reprises par le légat du pape, Gautier de Tournai.
Les signes d'infamie présentaient les distinctions les plus précises et les plus curieuses. Par exemple, le prêtre qui avait baptisé deux fois un enfant, ce qui laissait supposer qu'il n'avait pas le sens du sacrement, celui-ci étant ineffaçable, devait porter deux morceaux de feutre jaune en figure de vase, l'un par-devant, l'autre par-derrière; le prêtre qui avait baptisé des figures de cire, quatre vases, deux devant, deux derrière; le prêtre qui avait distribué la communion pascale avec des hosties non consacrées, deux gros morceaux de feutre de forme ronde, l'un par-devant, l'autre par-derrière.

L'étoile jaune, imposée par Hitler aux Juifs, n'était, on le voit, qu'une réminiscence des signes extérieurs d'infamie imposés tant par les rois de l'époque aux Juifs, que par l'Inquisition aux hérétiques.

infamie inquisition

anecdote
accueil
Accueil
L'Inquisition