Les cathares... La période d'initiation
rideau
les parfaits

Aucune condition précise n'était, semble-t-il, exigée de la part des croyants qui sollicitaient l'initiation. Mais, la règle de vie des parfaits était si exigeante que les cathares préféraient recevoir dans l'ordre des croyants ayant une longue vie derrière eux, ayant donc déjà fait leurs preuves.
Par conséquent les postulants avaient un certain âge. Ils avaient déjà mené, sans doute dans une pureté de moeurs très poussée, une vie de famille tout à fait normale. Nombreux étaient les couples qui d'un commun accord se destinaient tardivement au ministère. Ils se séparaient alors pour s'y préparer chacun de leur côté. Bien sür ils avaient attendu que leurs enfants soient adultes ou même qu'ils aient fondé un foyer.
Il est certain qu'une enquête minutieuse dans le milieu de l'intéressé était conduite avant toute acceptation. La durée de la période d'initiation permettait de contrôler les résultats.
Les parfaits étaient très souvent d'origine modeste. Il y eut beaucoup d'artisans, et d'hommes issus de milieux ruraux.
Si le catharisme fut bien accueilli par les grands seigneurs et surtout par les petits chevaliers qui comptaient nombre de croyants notoires, il y eut relativement peu de parfaits parmi eux. Cependant, Blanche de Laurac, mère d'Aimery de Montréal, dirigeait une « maison de parfaits ». De même, Fabrisse de Mazerolles.
Raymond-Roger de Foix avoua avoir autorisé son épouse à recevoir le consolarnentur. Il allait lui rendre des visites dans le couvent de parfaites qu'elle dirigeait dans l'Ariège. Sa soeur, la fameuse Esclarmonde de Foix, avait également été reçue dans l'ordre au cours d'une cérémonie qui avait rassemblé bon nombre d'aristocrates. L'évêque catholique, Bernard-Raymond de Roquefort, combattit mollement l'hérésie dans son diocèce de Carcassonne car sa mère et son frère étaient tous deux cathares.

anecdote
accueil
Accueil
Les Cathares