La fin de la bataille de Crécy ....
rideau
la defaite de philippe VI de Valois à la bataille de Crecy
" On se battait encore dans l'obscurité ; des piétons couraient, se pourchassaient sur la pente où, parfois, luisaient leurs armes. Le sol gorgé de sang se gonflait de brumes roussâtres. Des cris joyeux roulaient de Crécy à Wadicourt, alternant avec les hurlements des derniers corps à corps. Et la pluie, cette fois, se mit à tomber, forte, dure, crépitant sur les fers sans pouvoir les laver.
Dans les prés, les piétons de France hurlaient à la défaite et à la trahison tout en refluant vers Saint-Riquier et Abbeville. D'autres, égarés, mais voyant luire une voie pavée de place en place, s'engageaient sur la chaussée de Brunehaut, titubants, saouls d'horreur et de fatigue. Bien avant le début de la bataille — depuis la retraite de Rouen et le coupable abandon du pont de Poissy —, ils n'avaient pas douté, eux, de l'inconstance du roi de France et de sa faillibilité.
Désormais, elles leur paraissaient éclatantes. Et sans doute leur déception et leur mépris s'assortissaient-ils d'une haine immense, inguérissable, envers ces vaincus que leur hautaineté et leur rage homicide avaient poussés à occire, pour hâter leur « victoire », des centaines de bons et hardis compagnons. "
Avec l'aimable autorisation des éditions Aubéron
anecdote
accueil
Accueil
La Guerre de cent ans