Le veuvage lui assure la liberté ...
rideau
veuve au Moyen Age
Aux deux extrémités de sa vie, la femme inspire moins de méfiance : lorsqu'elle est petite fille ou « pucelle » (jeune fille), et lorsqu'elle a pris de l'âge. Le veuvage, en particulier, lui assure la liberté. Après la ménopause on ne craint plus le désir dévorant dont on la croyait habitée auparavant. Elle occupe alors dans la famille, notamment par rapport à son ou ses fils, une position privilégiée, elle ne retombe pas sous la coupe des mâles de la famille. La mère de famille, débarrassée de son mari, exerce un véritable pouvoir sur son entourage, de plus on l'entoure d'attentions, on la respecte, on lui demande conseil. Elle bénéficie d'une autonomie financière grâce au douaire, la part du patrimoine conjugal qui lui a été accordée lors de son mariage. Mariée, la femme disposait de ce bien sous le contrôle de son époux, en particulier pour ses aumônes et ses dons à l'Eglise, une dépense importante pour les deux sexes dans la société médiévale. Cette liberté devient complète dans le veuvage.
anecdote
accueil
Accueil
Femmes au Moyen-âge