Premier assaut sur Jérusalem ...
rideau
attaque de Jérusalem par les croises en 1099
Les croisés manquaient d'échelles et de matériel. Iftikhar disposait d'un grand nombre de machines et du feu grégeois ; il avait matelassé ses murailles avec des sacs qui amortissaient le choc des pierres lancées par les mangonneaux. Il avait de l'eau et des vivres en abondance. Le 13 juin, les croisés tentèrent un premier assaut, comptant sur l'effet de surprise. Ils furent sur le point de réussir, mais durent se retirer en laissant de nombreux morts sur le terrain. Ils avaient cru, dans leur foi naïve, que les milices célestes combattraient avec eux ! Malgré ce sanglant échec, ils ne renoncèrent pas.
Et pourtant, ils souffraient cruellement de la soif. Il fallait envoyer des corvées d'eau, conduire les chevaux aux abreuvoirs, s'exposer aux attaques des coureurs arabes. Le pain commençait à manquer. A cette époque, une armée en campagne n'avait pas d'intendance. On improvisait. Chacun emportait ses provisions. Le plus souvent, on se nourrissait sur le pays. A cet égard, les environs de Jérusalem offraient peu de ressources. Les barons se concertèrent, décidèrent de construire des tours roulantes. Mais avec quel matériel et quels charpentiers ?
les croises attaquent Jerusalem en 1099
La Providence voulut que, le 17 juin, leur parvint la nouvelle qu'une petite escadre génoise venait de mouiller à Jaffa. Ses capitaines avaient occupé sans difficulté la citadelle et la ville. Ils apportaient du ravitaillement et des machines de siège. Aussitôt Raymond Pelet et Guillaume de Sabran furent envoyés à Jaffa avec une centaine de cavaliers. Ils tombèrent dans une embuscade, mais réagirent avec tant de vigueur qu'ils dispersèrent les assaillants. Ils convoyèrent de Jaffa à Jérusalem les chariots transportant le matériel, les outils et le ravitaillement. Ils amenaient aussi des charpen­tiers. Simultanément, de fortes patrouilles battaient la campagne pour trouver du bois. Les paysans furent réquisitionnés pour transporter les arbres que l'on abattait. Bientôt, Godefroy de Bouillon et Raymond de Saint-Gilles furent en mesure, chacun dans leur secteur, de bâtir une tour roulante
anecdote
accueil
Accueil
Les croisades