Bohémont, chef de la croisade ....
rideau
Bohemont chef de la croisade
Ce prince devint le chef de la croisade. D'emblée il engagea des mesures radicales : il exigea le renvoi du capitaine byzantinTatikios Nez d'or, de crainte que, le moment venu, il ne revendiquât pour son maître la remise de la place, en vertu d'un contrat que le basileus n'avait pas respecté. Trop heureux de s'extraire de ce bourbier où ils risquaient de laisser leur vie, les Byzantins reprirent la mer au port de Saint-Siméon. Puis le prince entreprit de faire la chasse aux espions arméniens qui pullulaient dans les rangs de l'armée. Pour appliquer cette dernière mesure de sécurité, il n'y alla pas par quatre chemins : un groupe de ces brigands pris en flagrant délit furent livrés aux bouchers, égorgés, dépecés puis rôtis membre à membre sous les yeux des Turcs qui poussaient de hauts cris sur les remparts. Afin d'éviter une attaque inopinée de l'ennemi, il envoya des émissaires aux émirs des environs pour les mettre en garde : l'armée recomposée était en mesure de tenir tête à cent mille Turcs !
anecdote
accueil
Accueil
Les croisades