L'échec de Granville
rideau
echec des vendéen à Granville

C'est à partir d'Avranches où ils sont cantonnés et où un début de sédition contraint La Rochejaquelein à laisser une partie de l'armée que les Vendéens vont mener l'opération le 14 novembre. Ils bousculent tout d'abord l'avant-garde républicaine puis pénètrent dans le quartier Saint-Nicolas, faubourg extérieur aux hautes murailles qui protègent le port. Pendant deux jours on se bat avec acharnement d'un côté comme de l'autre. Pour chasser les Vendéens qui sont parvenus à occuper une rue, les défenseurs dirigés par le commissaire Jullien et par le général Varin incendient les maisons de cette rue.
A Paris, le Comité de Salut public apprenant ce qui se passe à Dol, à Avranches et à Granville s'inquiète et donne l'ordre à son représentant Jean Bon Saint-André de prendre toutes les mesures qui s'imposent pour devenir maitre de la situation :
Les brigands, lui écrit le Comité de Salut public, se sont échappés à travers le département de la Mayenne qu'ils ont affamé ; ils ont battu trois fois nos bataillons à Fougères. Cet échec peut favoriser leur arrivée à la mer pour la terreur qu'ils ont répandue. Plusieurs représentants sont dans les départements environnants mais il leur manque de l'énergie. C'est toi que nous avons cru devoir choisir pour remplir cette importante et pressante mission. Nous t'engageons à partir pour Cherbourg sur-le-champ et tu sauveras la République dans cette partie qui communique d'une manière si dangereuse avec nos plus cruels ennemis. »

echec de granville pendant la virée de Galerne

A Granville, la lutte se poursuit et I'on se bat au corps à corps avec d'un côté comme de l'autre des succès et des échecs. Du sommet des murailles, l'artillerie bleue ravage les rangs des assiégeants. La Rochejaquelein adresse alors un appel aux habitants de la ville :
Messieurs, les généraux et commandants de l'Armée catholique et royale préférant, comme ils l'ont prouvé dans tous les temps, la conquête des coeurs à celle des villes et des forts les plus redoutables, n'ayant. en raison des motifs purs et sacrés qui les animent, d'autre but que d'assurer, par la clémence, les fondements d'un trône que la plupart d'entre vous gémissent de voir si indignement renversé (...) vous proposent d'épargner le sang français si cher à leurs coeurs. Ils vous proposent d'ouvrir les portes de votre ville sans coup férir.
Un peuple d'amis entrera dans vos murs avec le rameau d'olivier, pour y faire règner, à l'ombre de l'autorité royale, l'ordre, la paix et le bonheur que vos tyrans vous ont si souvent promis. mais en vain (...). Libres de nous avoir pour amis ou ennemis, si vous préférez le dernier parti, songez que les indomptables habitants de la Vendée. vainqueurs et destructeurs des garnisons de Valenciennes et de Mayence, sont à vos portes, et qu'ils vont les ouvrir par le fer et par le feu. »
Cet appel n'est pas entendu. En criant au quai ! au quai !, La Rochejaquelein. Stofflet, Marigny, Forestier tentent alors, par les rochers. de prendre la ville a revers. Vainement. Embossées dans le port, deux barques canonnières les repoussent. Leur reflux achève de démoraliser l'armée vendéenne qui bat en retraite, renonçant à Granville. Habitués aux succès rapides, les Vendéens ont tendance à lâcher pied quand la résistance s'éternise.

Jusqu'ici, l'exode s'est fait dans des conditions matérielles et morales difficiles, certes, mais quelque soixante mille personnes sont parvenues, en moins d'un mois, à couvrir plus de trois cents kilomètres, en trouvant, vaille que vaille, des solutions aux problèmes de cantonnement et surtout de ravitaillement que posait le déplacement d'une telle cohue. Qui plus est, les Vendéens ont réussi à battre les redoutables troupes de Kléber à Entrammes et à faire capituler les petites garnisons des villes devant lesquelles ils se sont présentés : la terreur qu'ils inspirent est pour eux un allié précieux, de même que la médiocrité de l'armée républicaine, paralysée notamment par les divisions au niveau du commandement. Et quelles que soient les terribles fatigues qu'entraîne cette marche harassante dans des chemins défoncés par les pluies d'automne, et les doutes qui commencent à se faire jour, la perspective d'atteindre un port où l'on pourra se mettre sous la protection des Anglais soutient le moral de tous. C'est pourquoi l'échec devant Granville a une si profonde répercussion.
anecdote
accueil
Accueil
La virée de Galerne