Roturières et paysannes
rideau
bataille de torfou

Roturières et paysannes ne s'en laissent pas conter non plus : à la bataille de Torfou, lorsque les Vendéens fuyent, face aux terribles Mayençais de Kléber, elles se mettent en travers de leur chemin, les insultent, menacent de prendre les armes à leur place. Ils s'en retournent. Ils vainquent. A Dol, dans les mêmes circonstances, la femme de chambre de Mme de la Chevalerie s'empare d'un cheval, fait volte-face en criant : « Au feu les Poitevines », ce qui laisse le temps à Mme de Bonchamps de ramener les renforts qu'elle a réussi à rassembler.

Dans l'armée de Charette, une demoiselle Lebrun, seize ans, fille d'un boulanger de Mortagne, monte en caleçon et en jupon, la chevelure retenue dans un foulard, et une blanchisseuse commande à des troupiers.
Un des tambours de l'armée de d'Elbée est une fillette de treize ans. Elle est tuée à Luçon. A cette même bataille, participe Marie-Antoinette de Puybelliard. Elle est vêtue en homme, mais toute l'armée du général Sapinaud de la Verrie sait qui elle est. Arrêtée chez elle, un peu plus tard, elle sera fusillée.
Jeanne Robin, fille de métayer, entre dans les rangs de M. de Les-cure, avec son père, son frère, son fiancé et son chien. Lescure avait menacé de renvoyer et de tondre toute femme qu'il trouverait dans son armée (hormis la sienne, qui l'avait suivi d'autorité...). Lorsque Jeanne lui avoue son sexe, il ne peut lui refuser les souliers qu'elle demande pour continuer à marcher avec lui. Il est vrai que c'est :elle qui, en première ligne, lui criait : « Mon général, vous ne me dépasserez pas, je veux aller plus près des Bleus que vous ». Elle alla si près qu'une balle la coucha sur le champ de bataille. Le curé, ramené en hâte par son fiancé, n'eut que le temps de consacrer leur union avant de lui fermer les yeux. Elle avait vingt ans.

anecdote
accueil
Accueil
Les femmes en armes