La surprise et l'esquive chez les chouans
rideau
embuscade pendant la guerre de Vendée

Une des meilleures descriptions des méthodes chouannes est celle de l'abbé Girault dans son livre sur Rochecotte :...
« Au début, quand la chouannerie était seulement un geste de défense, les chouans se cachaient dans les bols pour n'être pas soldats ou se contentaient d'entraver par des manifestations hostiles les séances de recrutement. Mais quand ils eurent, par le nombre et l'armement, pris conscience de leur force, ils passèrent à l'offensive. On les vit alors par petits groupes, rarement par bandes de quelques centaines d'hommes, parcourir prudemment les campagnes, occuper les hameaux isolés, s'aventurer de quelques lieues sur les grandes routes et, dès qu'ils étaient les maîtres d'une région, forcer les soldats républicains à se confiner dans les villes ou les gros bourgs, lever de force les jeunes gens, molester les patriotes et les fonctionnaires. Le coup accompli, ils se dispersaient dans les maisons amies ; le lendemain, au point du jour, le capitaine rassemblait sa compagnie et rejoignait au lieu convenu les autres formations.
La tactique des chouans consistait essentiellement à éviter le combat de front pour ménager les hommes, et à surprendre l'adversaire pour s'assurer le maximum de succès. C'est la guerre d'embuscade et d'usure, une « guerre des nerfs » qui harcèle, décourage, désorganise l'ennemi, la seule guerre qui convienne aux faibles. Elle avait réussi aux Bretons, aux Allobroges, aux Arvernes qui furent d'entre les peuplades gauloises celles qui résistèrent le plus longtemps à Jules César. Tout l'art du chouan, écrit Tercier, consiste à s'embusquer au meilleur endroit, à se précipiter sauvagement sur l'ennemi s'il chancelle et à le poursuivre sans relâche s'il s'esquive ; au contraire, s'il tient ferme, à l'abandonner, à décrocher, à prendre ce qu'on appelle la déroute, un par un, à l'égrené, par vingt chemins différents, à travers hales, champs et bois.
« Dès qu'il a cessé de combattre, il n'est plus astreint à aucune règle, il s'en va où il veut et par les sentiers qu'il juge les moins dangereux ; s'il est pressé il fuit avec la rapidité du daim et ne craint pas d'être rejoint, car le soldat républicain ignore le pays, et son lourd équipement comme la discipline l'empêchent de courir à travers champs.
« Mais la guérilla n'est possible que dans un pays connu. Aussi le chouan s'accroche à son sol, dont seul il connaît les chemins creux, les « rotes » le long des haies épaisses, les carrefours trompeurs, les masures hospitalières ou hostiles, les « terrouesses » creuses, et jusqu'aux chiens dressés contre les Bleus. Rien ne lui répugne davantage que de quitter son pays car il perdrait aussitôt toute assurance ».

embuscade en Vendée
anecdote
accueil
Accueil
Au claire de lune