Les mouchoirs rouges
rideau
paysans vendéens en 1793

Que de pertes. de peines et de souffrances elles ont infligé aux Bleus ces bandes de paysans aussi promptes à déferler par surprise qu'à s'évanouir dans la nature.
Ces hommes robustes, endurcis à la fatigue. craignant le prêtre et le sorcier. attentifs à la messe et à la haute pierre mystérieuse debout au milieu des bruyères. se rassemblent gravement au signal du tocsin. Ils abandonnent la charrue, prennent du pain pour trois ou quatre jours et se mettent en marche. un chapelet autour du cou. un crucifix sur la poitrine ou l'image de quelque saint. Il en est qui cousent sur leurs habits un Sacré-Coeur en laine rouge et ornent leurs chapeaux de cocardes blanches vertes ou rouges. de feuillages, de papiers multicolores. de plumes et de rubans. Un prisonnier républicain raconte :
— Pendant la marche. un morne silence était observé dans toute la colonne : les soldats portaient leurs chapelets dans leurs mains avec leurs armes, et on n'entendait que les prières qui étaient récitées et le chant des hymnes religieux. Tout cela formait un spectacle très singulier.

On connaît le vêtement. De la paix à la guerre il ne varie pas : la veste ronde, la culotte ample et le vaste chapeau de feutre qui atteint jusqu'à deux pieds de diamètre et qu'on relève par devant pour placer la cocarde et viser plus commodément. Sur le dos. un havresac. Et surtout le légendaire mouchoir de Cholet. Ecoutons encore Mme de La Rochejaquelein : « On faisait surtout une grande dépense de mouchoirs rouges il s'en fabriquait beaucoup dans le pays et une circonstance particulière avait contribué à les rendre d'un usage général. M. de La Rochejaquelein en mettait ordinairement autour de sa tête, à son cou. et plusieurs à sa ceinture pour ses pistolets. Les mouchoirs rouges devinrent ainsi à la mode dans l'armée : tout le monde voulut en porter.
Cependant quelques compagnies d'élite ont un uniforme, rouge chez Bonchamps, vert chez Royrand. Il y en aura aussi chez Charette en 1796, fourni par les Anglais.

anecdote
accueil
Accueil
Au claire de lune