Les loups dans la ville
rideau
la vendée après la guerre civile

La chasse ayant été suspendue depuis 1792, les loups se sont multipliés et, aussi affamés que les hommes, ils attaquent jusque dans les maisons. Pour stimuler les battues, des arrêtés sont publiés et des primes versées à chaque prise : 10 livres pour un adulte, 3 pour un louveteau. Le 10 Messidor an V, on les porte à 40 F pour un loup et une louve non pleine, 60 F pour une louve pleine et 20 F pour un louveteau. Pour toucher cette prime, il faut apporter comme preuve une tête coupée, l'oreille gauche ou les deux.
Cependant, tous les gouvernements ne se sont pas montrés sourds aux plaintes de la Vendée militaire. Au gré des hommes politiques, certaines propositions pour venir en aide aux Vendéens sont faites, comme la création de greniers, la reconstitution de l'outillage et des cheptels. Les départements accordent des primes et des encouragements.

Certains, comme un ingénieur nommé Cavoleau, propose des solutions concrètes ; il s'agirait de choisir une riche terre et de la faire régir pour le compte et aux frais de la nation : « les premiers frais de l'établissement seraient douze boeufs choisis parmi ceux appartenant à la nation, vingt belles brebis, les deux plus beaux taureaux, deux beaux étalons, quelques belles juments, quatre ou six béliers avec de belles brebis de Montagne et la plus grande espèce de cochon »... Ce cheptel s'agrandissant se perfectionnerait de son produit : « Partant de ce foyer, se propageraient de proche en proche les bonnes méthodes de cultures, les beaux types d'animaux et les grains dont l'expérience aurait démontré l'utilité. La nouveauté n'inspirerait plus de défiance parce qu'on serait rassuré par le succès »...
Ce projet n'est pas unique, certains mêmes se proposant de nationaliser les terres et d'y établir un kolkhoze avant l'heure.
En fait, il faudra attendre la prise du pouvoir par Bonaparte pour que le gouvernement prenne des mesures d'aide concrètes et à grande échelle.

anecdote
accueil
Accueil
Les colonnes infernales