Le comportement des accusés ...
rideau
Tour à tour arrogants, dociles, humbles, respectueux, indifférents ou cyniques, apathiques ou rendus abrutis par plusieurs centaines d’interrogatoires se déroulant suivant la lente, froide et solennelle procédure anglo-saxonne, certains des vingt et un inculpés en vinrent à somnoler derrière leurs lunettes noires qui les protégeaient de la clarté aveuglante de la salle, puis la tête retombée sur la poitrine, leurs  écouteurs débranchés, à s’abandonner sans retenue au sommeil. Derrière eux, toujours aussi impassibles, se tenait la garde harnachée, casquée et guêtrée de blanc, de gigantesques sentinelles de la Police militaire américaine.
On invite les prisonniers à se soumettre aux tests d'intelligence en usage dans l'armée américaine, et on assiste à ce curieux spectacle: ces anciens potentats rivalisent avec ardeur pour prouver leurs capacités intellectuelles à leurs geôliers. A leur grand dépit, ils sont tous distancés par les performances du plus figé et du moins sûr d'entre eux, Schacht (quotient intellectuel de 143).
Rudolf Hess, qui avait simulé l'amnésie recouvra soudain la mémoire et ridiculisa son avocat en avouant son imposture. Puis il entreprit de faire en plein prétoire sa culture physique.
Il y aura un moment d'hilarité générale dans le box des accusés lorsqu'un document sonore rappellera les réactions joviales de Goering en apprenant, par téléphone, l'heureux déroulement de l'Anschluss.
comportement des accuses au procès de nuremberg
anecdote
accueil
Accueil
Procès de Nuremberg