Plus un seul gendarme ...
rideau
gendarmes français pendant l'exode de 1940
gendarmes en 1940
 
Le départ prématuré des gendarmes a été une cause de désordres inouïs. La circulation était de leur ressort, comme le maintien de l’ordre. Au début de juin, ils étaient déjà absents de vingt-six préfectures. Ils avaient obéi aux ordres d’évacuation qui n’ont pas laissé de traces écrites, sur simples coups de téléphone.
Les gendarmes reçoivent des ordres mais pas de points de ralliement définis. Ils recherchent dans les villes traversées des autorités capables de les guider. En vain. Le 16 juin seulement, le général Weygand diffuse une instruction interdisant aux gendarmes de quitter leur poste. II est bien tard.
En juillet, le gouvernement Pétain devra demander des autorisations de retour aux Allemands pour les brigades de vingt-six départements entièrement dépourvus de forces de l’ordre. Neuf mille hommes seront ainsi mis en route en priorIté. II n’y avait plus un seul gendarme dans le département de la Somme.
anecdote
accueil
Accueil
Capitulation de la France