Le départ ...
rideau
depart de l'exode de 1940
sur la route de l'exode en 1940
exode en France pendant la deuxieme guerre mondiale
Les villages que l’exode n’a pas encore atteints regardent passer les réfugiés. Sur le pas de leurs portes, les habitants disposent, au début, des seaux d’eau, des bouteilles de lait, des vivres. Les femmes hébergent des passants épuisés qui s’en vont parfois, le lendemain, en dérobant l’argenterie. Exilés, ils se demandent à chaque instant s’ils n’ont pas eu tort de partir.
Mais leur exemple semble contagieux. Ceux qui ont de l’argent l’ont retiré en hâte des caisses d’épargne pour aller se le faire voler plus tard par des compagnons de route qu’un excès de malheur rend plus aisément malhonnêtes.Ceux qui ont un lit l’ont abandonné pour une botte de paille déjà souillée d’excréments. Ceux qui ont des provisions en ont chargé des sacs à dos qui scient les épaules, retardent la marche et  finiront dans les fossés de l’exode.
A Vouziers, le sous-préfet et le maire ont disparu, il n’y a plus de sapeurs-pomplers pour éteindre les incendies. Si les notables qui peuplent souvent les conseils municipaux des villes ne prennent pas de décision, ou tardent à donner des ordres d’évacuation, c’est que l’autorité militaire, qui doit les aviser, est elle-même défaillante et ne lit pas clairement la carte de guerre.
Quand les paysans apprennent que, dans les villages proches, les chars allemands attaquent, ils rattrapent les cortèges venus des villes et les villages se vident. Le mouvement se répercute assez loin des combats, par un processus d’imitation les villageois partent, parce que leurs voisins sont partis. 
Impossible à cette immense cohue de se procurer des vivres aux étapes. Boulangers et bouchers sont absents. Vouziers est pour cette raison pillé de fond en comble par les soldats en déroute. La ville de Rethel est à son tour mise à sac ; ses commerçants l’ont abandonnée. A  Reims, où les boutiques sont fermées, les rideaux de fer abaissés, les réfugiés cherchent  des vivres par la force.
anecdote
accueil
Accueil
L'exode de 1940