La jeunesse allemande sous le IIIe Reich
rideau
foule allemande sous Hitler

Les Allemands commençaient à relever la tête ! L'Allemagne n'était plus un jouet entre les mains de ses ennemis. Aux Jeux olympiques de Berlin, en 1936, la jeunesse allemande rencontra des jeunes gens de tous les pays. Désormais sur un pied d'égalité, nous accueillimes fort bien ces enfants de nos ennemis héréditaires. Nous souhaitions alors un avenir de paix et d'estime mutuelle.
Entre-temps je continuais mes études tout en consacrant à la H. J. tous mes instants de liberté. La vision d'un plus grand empire allemand m'obsédait. Il fallait jadis des générations pour édifier un empire. Nous voulions construire le nôtre en un clin d'oeil. Je ne m'accordais donc pas un instant de repos.
Après mon examen de fin d'études, je fus envoyée pour mon temps de service civil dans un camp de Prusse-Orientale. Cette période fut la plus insouciante de ma vie. Pour la moisson, nous travaillâmes plus de quinze heures par jour. J'étais parfois si fatiguée que je tenais à peine debout. Mais j'étais heureuse parce que je me sentais utile. Il y avait parmi nous des paysannes, des étudiantes, des coiffeuses, des domestiques, des employées. L'entente qui régnait dans notre camp constituait un parfait modèle réduit du rassemblement du peuple allemand de Hitler. Je croyais que l'ambiance de ce camp annonçait celle du monde de l'avenir.

anecdote
accueil
Accueil
Grandir en Allemagne nazie