Vous pourrez toutes devenir mères
rideau
jeunes filles nazies
rassemblement jeunes nazis

La mise en pratique du nouveau principe créé au nom du Führerdienst, du « Service du Führer », causa, dès les débuts, de tels ravages que l'on vit circuler clandestinement, à travers toute l'Allemagne, une lettre ouverte à Goebbels. Les débordements oratoires de celui-ci, en faveur de la natalité, frisaient parfois l'immoralité. Tirée à des milliers d'exemplaires, cette lettre — nombreux furent ceux qui se retrouvèrent en prison pour l'avoir conservée — était signée Michaël Germanikus. Son auteur anonyme disait en substance :
« Le nombre des délits sexuels dans les camps de jeunesse est incalculable. Pendant les rassemblements de la Hitlerjugend et du Bund Deutsche Mâdchen, des fillettes de seize et même de quatorze ans ont été ruinées moralement et physiquement... »
Aucune statistique n'a été établie, et pour cause, à ce propos. On sait seulement qu'à la suite des manifestations qui avaient réuni, en 1936, plus de cent mille jeunes gens pour l'anniversaire de la fondation du parti nazi à Nuremberg, près d'un millier de toutes jeunes filles furent enceintes.

La jeunesse fut, c'est évident, la première concernée par cette politique de la démographie galopante sans laquelle la politique du Lebensraum (espace vital), prévue pour conquérir l'Europe, voire le monde, se serait révélée irréalisable. Aussi fut-ce à l'intention des mouvements de jeunesse hitlérienne que fut officiellement instauré, le 28 octobre 1935, le « mariage biologique ». Ce... mariage, qui était censé ennoblir les rapports sexuels, en dehors des liens du mariage, entre filles et garçons liés par un même idéal, était surtout destiné aux filles. La raison en était fort simple. Bien avant que la guerre ne vînt creuser l'écart, l'homme en Allemagne était en minorité par rapport à la femme, c'est pourquoi les cheftaines du B.D.M. (Sund Deutsche Madchen), avant chaque rassemblement mixte, tenaient à leurs troupes ce discours :
« Vous ne pourrez pas toutes trouver un mari mais vous pourrez toutes devenir mères. »

anecdote
accueil
Accueil
Les Nazis et la famille