Larguage de tracts ...
rideau
tracts français en 1939
Les Whitley du groupe 4 peinaient à larguer des tracts sur les villes allemandes. Amis comme ennemis se gaussaient de leurs efforts. Dans BombeOffensive le maréchal de l’air Harris a indiqué, avec sa verve coutumière, l’utilisation finale que les Allemands feraient de ces tracts ; il ajoutait qu’à son avis c’était le meilleur usage que l’on pouvait en faire !
Les Français justifiaient ces missions par l’évolution de la drôle de guerre mais elle n’avait rien de drôle pour les équipages concernés. L’opposition allemande à ce genre d’entreprise de propagande était faible et les pertes furent peu élevées, mais ce fut quand même au combat que les équipages durent apprendre à éviter les barrages antiaériens de l’ennemi. L’obstacle le plus sérieux était le temps. La température descendait jusqu’à – 30 GC, si bien que, lorsque les avions se trouvaient dans les nuages, une épaisse couche de givre se formait aussitôt sur les ailes et les hublots. Elle réduisait la vitesse et la visibilité. Elle bloquait les tourelles et, pis encore, provoquait la panne et parfois l’incendie des moteurs. Si, en revanche, l’avion se hissait au-dessus des nuages, le froid s’intensifiait jusqu’à paralyser les hommes. Ils s’évanouissaient souvent même sous les effets combinés du froid et du manque d’oxygène.
anecdote
accueil
Accueil
Défaite de la France