Les types de gladiateurs
rideau
le mirmillon

Depuis son introduction à Rome, en - 264, la gladiature, à l'origine un jeu funèbre à caractère sacré et aux règles simples, est devenue à la fois une distraction populaire et un puissant moyen pour les gouvernants de se maintenir au pouvoir en manipulant la plèbe.
Les règles du jeu se sont compliquées, les rôles aussi. En gros, il y a deux camps : les lourds et les légers. Les lourds sont suréquipés, protégés par des armures et des casques, des boucliers, mais tout cela les ralentit et les handicape face aux légers, à l'armement modeste  mais qui ont la rapidité pour eux.
Parmi les lourds, il y a l'hoplomaque, le cataphractaire, l'andébate, que son casque rend totalement aveugle, le crupelarius, si recouvert de fer qu'il ne peut se relever s'il tombe ; le mirmillon, avec une daurade (mirmillo) figurée sur son cimier, adversaire traditionnel du rétiaire, quasiment nu, censé attraper avec un filet et un trident ce poisson d'un genre particulier.
Le rétiaire est un léger, comme le thrace, qui combat armé d'un poignard courbe et d'un tout petit bouclier rond, la parma, armement inspiré des panoplies traditionnelles des peuples de la mer Noire. Légers aussi, les vélites et les secutores, les « poursuivants ». Les grandes casernes possèdent également des cavaliers, et des essédaires, des gladiateurs qui combattent à deux sur un char.

Le rétiaire, par exemple, était un gladiateur léger qui jetait un filet sur son adversaire pour l'anéantir. Il pouvait aussi tenir l'autre à distance avec une fourche au manche long tout en essayant de l'atteindre au cou. Mais si le gladiateur lourd évitait le filet et acculait l'autre, ce dernier n'avait plus guère de chance.
L'issue du combat se jouait plus à la fatigue qu'à autre chose. Il ne faut pas imaginer un duel d'escrimeurs. On assistait plutôt à une course-poursuite où le premier qui s'effondrait par fatigue ou hypoglycémie n'avait plus qu'à solliciter sa grâce auprès du président. On a d'ailleurs découvert récemment que les pistes des amphithéâtres étaient ovales : non seulement pour permettre à toute l'assemblée de bien suivre le combat, mais aussi pour que les gladiateurs aient assez d'espace pour se poursuivre.

anecdote
accueil
Accueil
Les gladiateurs