Si vous aimez ce site ne bloquez pas l'affichage des publicités... Merci !

 

Le mystère de la grande pyramide

Kheops en chiffres
Age: 4 650 ans
Hauteur: 146 mètres
(137 aujourd'hui)
Base: carré de 230 mètres de côté.
Longueur de la rampe intérieure: i 600 mètres
Surface: 53 056 m'
Volume: 2 592 341 m'
Masse: 5 000 000 tonnes
Poids du bloc le plus lourd:
63 tonnes
201 assises de pierre.
Rampe intérieure:
1600 mètres, pente de 8% Rampe extérieure :
325 mètres, pente de 7,5% Temps de construction: 20 ans
Ouvriers sur le site: 4 000.
la construction de kheops
Une construction surhumaine : 232 mètres de côté pour 146 mètres de hauteur, trois millions de blocs de calcaire d'un poids moyen de deux tonnes et demie. Ces quelques chiffres donnent La mesure de l'oeuvre réalisée par le roi Khéops (2538-2516 av. J. -C.) pour s'offrir l'éternité. Dès l' Antiquité, la grande pyramide est cataloguée comme l'une des Sept Merveilles du monde ; aujourd'hui, elle est la seule de cette époque qui a survécu. Mais, plus encore que son ancienneté, c'est sa structure qui provoque fascination et émerveillement. Ainsi, lorsqu'il regarde un plan de l'aménagement intérieur, puis qu'il pénêtre dans l'antre de la pyramide, le visiteur est déconcerté. Il y a là trois chambres; l'une souterraine, les deux autres bâties au dessus du sol. Enfin, c'est la découverte d'une galerie monumentale menant à la plus haute des pièces:quarante sept mètres de longueur, et huit et demi de hauteur. Folie et démesure ! Commnent, avec des moyens dérisoires, ils n'ont que des outils en cuivre et des maillets en bois de sycomore, les hommes ont-ils fait pour monter de telles pierres à une telle hauteur ? Environ 2,5 millions de blocs ajustés au millimètre près, dont le poids unitaire varie entre 1,5 et 15 tonnes, se dressent jusqu'à 146 m de hauteur. Pendant quarante-cinq siècles, on n'a jatnais fait aussi haut, ni aussi gros. La conception de cette pyramide (Khéops) repose sur le pouvoir absolu de l'abstraction géométrique de ses quatre triangles isocèles idéalement incliné à 52°.
bas

Khéops... Une construction surhumaine

L'art des carriers et des tailleurs de pierre

les carriers des pyramides
Khéops est avant tout un énorme assemblage maçonné de blocs de pierre plus ou moins bien taillés en parallélépipèdes rectangles. Ces blocs proviennent d'une carrière de calcaire située au pied même du plateau de Gizeh. Il s'agit d'un calcaire assez grossier, qui a l'avantage de se présenter en bancs horizontaux séparés par des couches d'argile, ce qui en simplifie l'extraction. Pour Ies maçonneries plus nobles et soigneusement assemblées parois et plafonds des couloirs internes, chambre dite « de la reine », voûte à encorbellement de la Grande Galerie et bien entendu pour les 84 000 mètres carrés du parement externe, c'est le blanc et fin calcaire de Toura, provenant de la chaîne arabique située de l'autre côté du Nil, qui a été choisi.
Vient, enfin, le granite rose d'Assouan, réservé à la chambre du Roi, aux chambres de décharge qui la surplombent, aux herses et aux bouchons de condamnation des accès après l'inhumation. En tout, quelque 3 400 tonnes de roche, sous forme de monolithes de 20 à 60 tonnes. Une quantité infime en regard de la masse totale de l'édifice, mais un colossal travail d'extraction, de transport et de mise en place de ces monstres au coeur du massif de la pyramide de l'extrême.
Pour extraire, tailler et polir ces matériaux, les carriers et tailleurs de pierre du pharaon disposaient d'outils d'une extrême simplicité... et d'une infinie patience, puisée dans un savoir-faire traditionnel transmis de génération en génération sur cet éternel chantier qu'était l'Egypte pharaonique. Leurs instruments allaient de l'universel levier en bois, du percuteur et de l'herminette de pierre taillée, à la scie et au burin de cuivre, en passant par le maillet en bois et le polissoir en pierre dure servant à « égriser » les blocs, avec le sable pour abrasif!
théories construction pyramides

Des théories sérieuses et des élucubrations

La perfection de l'édifice interpelle encore la communauté scientifique. Aujourd'hui, aucun spécialiste ne sait avec certitude comment fut dressée la plus haute des pyramides.
Depuis les historiens antiques Hérodote et Diodore de Sicile, les « pyramidologues » sont divisés, principaiement en deux camps : certains imaginent des appareils de levage — chèvres à balancier ou ascenseurs oscillants ; les autres, l'utilisation de rampes. À Gizeh, et sur d'autres sites, les archéologues ont retrouvé les vestiges de plans inclinés. Preuve de leur emploi. D'ailleurs, on n'imagine mal qu'il ait pu en aller autrement.
D'autres théories ont été avancées. Elles prennent rarement en compte les réalités de l'Égypte pharaonique. Ainsi Manuel Minguez, un technicien du génie civil qui connaît fort mal la topographie du site, a imaginé un système d'écluses en série. Joseph Davidovits et Joël Bertho, eux, pensent que Kheops est faite de blocs de pierre « reconstituée », négligeant l'existence attestée des tailleurs de pierre. N'oublions pas les élucubrations - il n'y a pas d'autre mot - d'un Américain, médium de profession, Edgar Cayce, qui affirme que la Grande Pyramide a été élevée vers 10 500 avant notre ère... par des survivants de l'Atlantide qui savaientfaire flotter les pierres pour les déplacer selon leur bon vouloir !
Selon Hérodote, qui aurait interrogé les prêtres égyptiens au Ve siècle avant notre ère, « il fallut d'abord dix années de labeur écrasant pour construire la chaussée, par laquelle ils traînaient les pierres [...], longue de cinq stades (environ 925m) [...]. On construisit cette pyramide par le système de gradins successifs [...] puis on hissa les pierres à l'aide de machines faites de courtes pièces de bois [...]. Il y avait autant de machines qu'il y avait de gradins. » Malgré le respect qu'on porte au « père de l'Histoire », son témoignage ne rencontre plus guère de succès auprès des égyptologues. Leur bon sens leur commande d'écarter la plupart des théories émises, les sérieuses comme les loufoques, pour n'en retenir qu'une: celle de la rampe de briques crues.
Khéops est un casse-tête archéologique, mais pas seulement à cause de sa construction : ses entrailles cachent peut-être un dernier mystère. Certains se demandent en effet si cette masse compacte ne pourrait pas dissimuler des pièces encore méconnues. Il faut dire qu'avec ses trois chambres étagées du sous-sol au sommet de l'édifice, son plan ne ressemble à aucun autre. Analysant diverses anomalies de la construction, Gilles Dormion proposait en 2004 l'hypothèse d'une quatrième chambre où reposerait encore la momie de Khéops. Zahi Hawass lui-même dit la chercher, depuis bientôt dix ans, avec un robot à partir des conduits de la chambre de la Reine.
Cette chambre hypothétique serait située légèrement en dessous du niveau de celle de la Reine, et à l'ouest de celle-ci.
Pour lui, les architectes de Khéops auraient procédé en trois étapes successives. Pour s'assurer que Pharaon, s'il venait à mourir avant l'achèvement de l'édifice, aurait une sépulture, ils ont d'abord commencé à creuser dans la roche en place, comme pour les pyramides de ses prédécesseurs, une chambre souterraine. Leur souverain étant toujours en vie lors de l'édification de la chambre de la Reine, ils ont entamé la réalisation de la chambre du Roi. Lorsque un accident endommagea les poutres des chambres de décharge de cette dernière, ils se rabattirent sur la chambre cachée, où serait donc inhumé Khéops.

Une cavité secrète dans Khéops

Khéops, l'énigme par excellence
Kneops intrigue par démesure: du haut de ses 146 mètres originels, elle dépasse Notre-Dame de Paris de 56 mètres et pèse près de 500 fois plus lourd que la tour Eiffel ! Comment des Egyptiens de l'Antiquité, sans grue ni camion, pu bâtir un tel édifice... en seulement vingt ans?
C'est LA question qui agite le monde de l'égyptologie depuis Hérodote. Mais c'est loin d'être la seule. Où se cachent la momie du pharaon et son trésor ? Comment la chambre du roi, construite avec d'énormes blocs de granit rose, a-t-elle été édifiée à 43 mètres de haut ? L'énigme est si excitante que des gens consacrent leur vie à la résoudre.Ces dernières années, radars, robots et logiciels 3D ont permis des avancées intéressantes...
4500 ans que Kheops existe, alors qu'à quelques kilomètres de là la ville du Caire a plusieurs fois été rasée par des séismes. La raison ?
La surface de contact au sol particulièrement importante (52900 mètres carrés). Mais aussi : les 2,3 millions de blocs de pierre qui la composent ont tous des formes et des tailles différentes, d'où une meilleure imbrication et une plus grande stabilité de l'édifice.
Comment Khéops a résisté
à des siècles de guerres et d'érosion ?
retour- egypte antique
Lorsque Khéops, fils de Snéfou, monte sur le trône vers 2500 av. J.-C., il a vraisemblablement déjà 40 ans passés. Sa priorité est de choisir le site d'implantation de sa tombe. Certes, il est infiniment mieux loti que l''Egyptien de base, dont l'expérience de vie, pour celui qui a survécu à une effroyable mortalité infatile, ne dépasse gyère 40 ans.
Mais il n'a pas de temps à perdre s'il veut que sa demeure d'éternité soit prêtre le jour de ses funérailles. Il jette son dévolu sur la limite orientale nord du plateau calcaire de Gizeh, à l'ouest de l'actuelle ville du Caire. Plateau qui, à cet endroit, surplombe le Nil de 70 mètres.