La toilette...
rideau
toilette chez les egyptiens

Les Égyptiens apportaient une grande attention à leur toilette. Ils s'épilaient, se frictionnaient avec de l'encens, se lavaient plusieurs fois par jour avant et après les principaux repas, ajoutaient à l'eau des cuvettes du natron et du sable. L'eau des rince-bouche étaient aseptisée avec un sel appelé bed. Une fois lavés et parfumés, les Égyptiens pouvaient se parer de bracelets, de bagues et attacher sur leur nuque un gorgerin à six rangs de perles ou mettre un pendentif de jade ou de cornaline suspendu à un long cordon. Leur tenue d'apparat était complétée par une grande perruque frisée.

Les femmes égyptiennes se peignaient la figure en blanc et en rouge, seule couleur ayant résisté au temps sur les fresques pharaoniques. Une poudre noire (le khôl), faite d'anti moine (galène) appliquée sur les paupières avec une pointe de bois ou d'ivoire, en augmentait l'éclat et les faisait paraître plus larges. Cet usage remonte à la préhistoire.

Le henné est un arbuste exotique qui pousse toute l'année dans les buissons et les jardins. Ses fleurs ont une odeur très forteet ses feuilles préparées en décoction produisent une pâte rouge. Les Romains s'en servaient pour colorer les cheveux. Dans le peuple, les Egyptiennes s'enduisent ainsi la paume des mains, la plante des pieds, les ongles et surtout les cheveux pour les fortifier, notamment à la veille de leur mariage. C'est peut-être cette habitude de colorer la paume des mains qui est à l'origine de la métaphore grecque « l'aurore aux doigts
anecdote
accueil
Accueil
La mode et les parfums