Un homme vient de mourir ...
rideau
momie

Une longue lamentation s'échappe d'une riche maison thébaine, retentissant bientôt dans tout le voisinage : un homme vient de mourir. Lancinant, ce cri inaugure une période de deuil d'environ soixante-dix jours. Amis et parents se sont rassemblés. Ils manifestent leur douleur de façon démonstrative. Tous se couvrent la tête de limon du Nil et, publiquement, se frappent le sommet du crâne à deux mains ; les hommes ne se rasent plus, les femmes préparent des repas plus chiches que d'ordinaire ; dans la maison, le silence et la réserve sont de rigueur.
Pour témoigner de leur douleur, certains hommes se couvrent même la tête de poussière, imités par les femmes qui, lorsqu'elles sont dans la rue, se frappent le visage. Les proches du défunt jeûnent, leur nourriture est limitée au strict nécessaire. Il arrive que certains fassent du zèle, et pratiquent un jeûne total. Dès la mort venue, on se dépêche de prévenir les prêtres funéraires, qui prennent en charge le futur « glorifié ». Placé sous une tente, dans le quartier des embaumeurs, il va y être lavé, purifié, à grand renfort d'eau, oint d'onguents et habillé de vêtements propres. Il peut maintenant être remis entre les mains ha-biles des embaumeurs, qui vont le momifier.

anecdote
accueil
Accueil
Le royaume des morts