La Reynie va purifier Paris
rideau
Gabriel Nicolas de La Reynie

Nommé par le roi, Gabriel Nicolas de La Reynie, issu d'une modeste famille de robe du Limousin, devient le premier lieutenant de police de l'Histoire. Il a 42 ans et occupe, depuis 1661, une charge de maître des requêtes au Conseil du roi. Son loyalisme à l'égard du souverain pendant la Fronde, ses qualités en tant que serviteur de l'Etat le font remarquer de Mazarin, puis de Colbert qui en parle au roi. La sécurité se trouve en tête des missions que l'édit royal de mars 1667 lui confie. Par sécurité, il faut entendre tout ce qui est susceptible de perturber la vie des habitants et de troubler l'ordre public. Cela inclut aussi bien la lutte contre la délinquance que la protection contre les incendies, les inondations, les embouteillages. S'y ajoutent la prévention des épidémies, la régularité des approvisionnements en denrées de première nécessité afin d'éviter les émeutes —, la chasse aux libellistes effrontés. Pour rationaliser son action, La Reynie rassemble sous son autorité les différentes polices existantes. Il double le nombre des commissaires répartis entre les dix-sept quartiers de Paris. La lutte contre les bandes de gueux armés ratissant la capitale, passe par la liquidation de la symbolique cour des Miracles qui défie ouvertement l'autorité royale. Peu après sa nomination au Châtelet, siège de la nouvelle lieutenance, au printemps, La Reynie s'empare du problème. Il dépêche sur place un commissaire et des archers du guet. Eric Le Nabour rapporte qu'accueillis à coups de pierres et de projectiles divers, ceux-ci battent en retraite à trois reprises. Exaspéré devant tant d'insolence,
La Reynie se rend en personne sur les lieux, escorté d'un escadron de sergents à cheval, de soldats du guet à pied, d'une escouade de sapeurs du régiment suisse et d'un commissaire. A l'aide d'un porte-voix, il informe que trois brèches ont été pratiquées dans les remparts de Charles V entourant la cour afin de permettre aux habitants de fuir sur l'heure. Il assure que les douze derniers qui seront pris paieront pour tous les autres, que six d'entre eux seront pendus, les six autres envoyés aux galères. Cette annonce provoque un sauve-qui-peut général. Dans l'instant, culs-de-jatte et autres paralytiques retrouvent, comme par miracle, les moyens de déguerpir. Dans les jours qui suivent, les constructions sont rasées.

anecdote
accueil
Accueil
La Cour des Miracles